Nuages roses d'un lever de soleil à Maylis

Pâques : Histoire d’un parfum répandu par des femmes



Temps estimé pour la lecture de cet article : 2 min

Pâques :
Marc 16, 1-8

Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé. Et maintenant, allez dire à ses disciples et à Pierre : « Il vous précède en Galilée. »

St Marc fait commencer le récit de la Passion avec une histoire de parfum répandu par une femme : nous l’avons entendu le jour des Rameaux. Cette femme, qui peut être toute femme, en avait reçu un incomparable éloge de la part de Jésus. Le même évangéliste fait aussi commencer le récit de la Résurrection par une histoire de parfum. Mais dans cette magnifique scène, les femmes n’ont pas à ouvrir leur flacon, car le signe prophétique a été accompli.
En effet, le vrai flacon qui retenait le parfum, le tombeau qui retenait la Vie, est déjà ouvert. La mort est brisée et le vrai parfum est déjà répandu. Le cœur de ces femmes en a la toute première annonce. C’est sans doute parce qu’un cœur de femme est plus rapide à percevoir la vie, à percevoir l’amour. Il leur est confié mission d’aller répandre le parfum de la Bonne Nouvelle. Il leur est demandé d’éduquer les disciples, à commencer par Pierre, à percevoir eux aussi la trace de ce nard mystique répandu dans le monde. C’est sans doute parce que le cœur de la femme est plus apte à transmettre la vie et l’amour, à le porter jusqu’à l’intime des cœurs.
Qu’il en soit ainsi encore aujourd’hui : qu’une armée de myrrhophores se lève, qu’elles se consacrent toute entières à porter le parfum de l’Évangile jusqu’aux périphéries de notre monde.

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

« le premier jour » : où trouve-t-on le « premier jour » dans la Bible ? Pourquoi cette coïncidence ?

Comprendre sa foi :

« il est ressuscité » : au fond, qu’est-ce que cela veut dire pour nous, aujourd’hui ? En quoi cette nouvelle peut-elle changer la vie ?

Vivre avec Jésus :

« allez dire à ses disciples » : cet appel est-il seulement celui de ces femmes ?