Archives pour la catégorie Méditer

8e dimanche : La vie est belle !



8e dimanche ordinaire A :
Matthieu 6, 24-34

Observez comment poussent les lis des champs…

Tout est donné. La vie pousse d’elle-même. L’énergie vitale jaillit en nous. Elle nous entraîne, et notre première mission est de la laisser se développer. Elle est si belle, cette vie, dans toutes ses manifestations ! Pourquoi avons-nous tendance à lui mettre des freins en voulant la maîtriser, la canaliser, la rentabiliser à notre manière ? Pourquoi nous soucier de tant de choses superflues, argent ou vêtement, plus que de ce qui comble le désir de vivre qui anime chacun ? Sans doute, en contemplant les fleurs des champs, avons-nous peur de la fragilité de cette vie.
Car, oui, tout est fragile, tout est si fragile ! Nous cherchons à nous mettre à l’abri dans ce monde qui passe. Nous avons peur de la beauté éphémère des choses, et nous cherchons à thésauriser. Mais ne nous accrochons-nous pas à des chimères ? La vie ne se thésaurise pas. Elle se reçoit à chaque instant. Fragilité bénie, qui nous évite de nous cramponner à des illusions, qui nous invite à regarder au-delà d’elle-même, vers la Vie qui ne passe pas ! Car si la vie matérielle est fragile, elle est néanmoins liée à la Vie qui ne passe pas.
Car, dans cette vie si belle, tout est lié. Le visible est en alliance avec l’invisible. La beauté de la nature, la beauté de toute plante ou de toute personne, nous rappelle combien la Vie est belle. Elle nous rappelle combien Celui qui est la Vie et de qui vient toute Vie désire que nous soyons pleinement vivants, et sans souci, dès ici-bas, et pour toujours.
Alors rappelez-vous, émerveillez-vous à chaque instant : la vie est belle !

Prière universelle :

PU 8e dimanche ordinaire A

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Le Seigneur privilégie-t-il l’insouciance de la cigale sur le labeur de la fourmi ?

Comprendre sa foi :

Que pouvons-nous et devons-nous attendre de la Providence ?

Vivre avec Jésus :

Comment est-ce que je vis l’abandon de mes soucis entre les mains de Dieu ?

4e dimanche : Quel bonheur ?



4e dimanche ordinaire A :
Matthieu 5, 1-12

Heureux…

Nous espérons tous être heureux. C’est notre moteur vital, celui qui nous fait aller au-delà de toutes les contradictions et affronter les embûches de la vie. Mais quel bonheur cherchons-nous ? Après quoi courons-nous ? Quel est le principe de nos choix ? Quelle est notre visée principale ? Le Fils de Dieu est venu nous apporter de la lumière à ce sujet. Il est venu réchauffer nos cœurs engourdis, gelés par le péché.
Les Béatitudes viennent donc nous toucher au plus profond de notre humanité. Dimanche dernier, Jésus a montré sa cible, pour notre bien : la conversion. Nous avons besoin de changer notre manière de penser qui a été obscurcie par le péché. Ce dimanche il inaugure sa prédication en tirant sa première flèche, et il frappe en plein centre : notre désir de bonheur. C’est le but de notre vie qu’il faut commencer par mettre en ordre, et pour cela Jésus fait résonner le fond de notre cœur, il fait vibrer une corde sensible.
Comme il s’agit de conversion, rien d’étonnant à ce que notre sensibilité soit un peu troublée par l’appel du cœur profond. Les Béatitudes pour une part nous fascinent, et pour une part nous font peur. Elles vont à l’encontre de ce que le monde cherche, de ce vers quoi nous sommes si souvent tendus, de nos conceptions humaines du bonheur, des logiques que notre société nous impose. Beaucoup des valeurs qu’elles mettent en avant suscitent, certes, notre admiration, mais le prix d’acquisition semble bien élevé. Qu’est-ce qui les rendra recevables ?
Peut-être est-ce un changement de point de vue auquel Dieu nous appelle. Nous voyons les choses en fonction de notre ego, de l’individualité dans laquelle nous sommes enfermés. Mais le bonheur ne peut venir de nous. Il est fait pour être reçu. Le point de vue à adopter, ou plutôt à apprendre, est celui de Dieu de qui et par qui seul peut venir tout bonheur. L’invitation à la conversion est radicale, le retournement proposé, total.

Prière universelle :

PU 4e dimanche ordinaire A
PU 2 février, Présentation du Seigneur

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Que peuvent nous dire les temps utilisés pour les verbes, le présent et le futur ?

Comprendre sa foi :

Y a-t-il un bonheur pour cette vie selon les Béatitudes ?

Vivre avec Jésus :

Quel pas puis-je faire aujourd’hui pour entrer un peu plus dans la recherche de ce bonheur ?

12e dimanche : Pour vous, qui est-il ?



12e dimanche ordinaire C :
Luc 9, 18-24

Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »

Cette question de Jésus se répercute dans tous les siècles jusqu’à nous. Elle garde son importance et son exigence. Nous aussi sommes invités à y répondre. Qui est Jésus pour les foules d’aujourd’hui ? Un fondateur de religion ? Un sage ? Un révolutionnaire ? Un illuminé ? Un doux rêveur ? Ou encore une invention littéraire ? Une chimère ? Beaucoup de réponses sont données à la question, qui ne vont guère au-delà d’une enquête historique, sociologique, ou psychologique.
Et nous, que répondrons-nous ? Cette question de Jésus appelle deux sortes de réponses. Celle des apôtres est théorique, et porte sur l’identité, la mission de Jésus : il est « messie », envoyé de Dieu, consacré par Dieu. Mais les disciples savaient-ils vraiment ce que cela veut dire ? Sans doute ne mesuraient-ils pas jusqu’où allait son intimité avec Dieu. Le savons-nous nous-mêmes ? 2000 ans après les événements, il n’est pas sûr que nous ayons suffisamment réalisé ce que veut dire que Dieu s’est fait homme, ni ce que dit de Dieu la manière dont il a accompli sa mission. Jésus en tout cas prends le soin d’expliquer que son identité implique souffrance, rejet, mort et résurrection. Il prépare ses disciples pour qu’ils comprennent.
Le Christ, cependant, veut nous emmener plus loin que la théorie. L’identité de Jésus Messie, Fils de Dieu fait homme, pose une question plus profonde, subjective, existentielle : « Comment vous situez-vous par rapport à moi ? » nous demande Jésus. En d’autres mots : « Suis-je pour vous important au point que vous suiviez le chemin que j’emprunterai ? » Si Jésus est pour nous important au point que nous le suivions dans sa mission, alors c’est la croix et le don de la vie qui s’offre à nous comme chemin vers la résurrection, la découverte de la vraie Vie.
Au baptême, nous avons revêtu le Christ. Ce vêtement de lumière est-il devenu notre raison de vivre ? Cette union et cette appartenance au Christ s’épanouit-elle dans notre vie quotidienne ? La question de Jésus porte sans doute cela en germe. Elle nous remet devant l’exigence du don de Vie divine qui nous a été fait, qui nous est fait en chaque Eucharistie : perdre sa vie pour transmettre la vraie Vie à nos frères.

Prière universelle :

PU 12e dimanche ordinaire C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Pourquoi Jésus révèle-t-il aux disciples qu’il est le Messie tout en leur disant de ne pas le dire à la foule ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi Jésus dit-il aux disciples qu’il va souffrir, au moment-même où il dit qu’il est le Messie ?

Vivre avec Jésus :

Et pour moi, qui est Jésus ?

11e dimanche : La loi de l’amour



11e dimanche ordinaire C :
Luc 7, 36 – 8, 3

« Va en paix »

Cette femme troublée par son péché est finalement apaisée par la foi qui lui a obtenu le pardon. Elle a pu accueillir le pardon, parce qu’elle a reconnu qu’elle n’est pas « dans les clous », parce qu’elle a imploré le pardon par son amour. Elle a aimé plus que son péché. En s’ouvrant à l’amour, elle reçoit l’Amour. Et pour cela elle est donnée en exemple au Pharisien qui la jugeait.
Simon, quant à lui, est troublé par la manière d’agir de cet homme qui semble pourtant être prophète. Le voilà suspicieux concernant l’orthodoxie théologique de ce rabbi. Il juge selon la Loi, et tombe sous le coup de cette Loi : Jésus lui fait remarquer qu’il n’a pas rempli ses devoirs d’hôte, alors que la femme les a honorés avec surabondance. Simon, qui se croit « dans les clous », n’implore pas le pardon par son amour. C’est pourquoi il a besoin de l’exemple de cette femme.
Tout deux ont leurs œuvres : pour l’un les œuvres de la Loi, et pour l’autre les œuvres de l’amour. Tout deux ont leurs faiblesses : pour l’une celles liées à l’amour, et pour l’autre celles liées à la Loi. Tout deux s’approchent de Jésus avec ce bagage de lumière et de ténèbres. Tout deux sont reçus par Jésus en ce qu’ils sont, ils sont aimés, et appelés à changer pour aimer à leur tour. A la femme il recommande de ne plus pêcher. A Simon il recommande de ne plus juger.
Que sont-ils devenus ensuite ? L’histoire ne le dit pas. Sans doute nous revient-il d’écrire cette histoire en nos vies, de suivre le Christ et de l’aider de nos propres ressources. Combien demeure actuel cet enseignement de Jésus. Les blessures de l’amour sont de tous les temps. Les crispations sur la Loi aussi. Jésus nous invite à aller plus loin que nos péchés, et plus loin que nos jugements. Le synode des Évêques et le pape François nous ont aussi invités à aller plus loin que les faiblesses affectives qui nous entourent, et plus loin aussi que nos peurs de trahir l’idéal de l’Évangile.
La loi de l’amour est délicate. Puissions-nous discerner avec justesse, et aller en paix.

Prière universelle :

PU 11e dimanche ordinaire C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

De la femme inconnue et de Simon, y en a-t-il un qui soit plus pécheur que l’autre ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi l’amour est-il plus important que la Loi ?

Vivre avec Jésus :

Quels sont les pécheurs que je juge ? Quels sont les péchés que je pleure ?

10e dimanche : Jeune homme, lève-toi !



10e dimanche ordinaire C :
Luc 7, 11-17

Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi.

Jésus a compassion de cette femme veuve et ressuscite son fils unique: gratuité du don de Dieu, pure miséricorde et attention pour cette maman qui n’a rien demandé, qui a seulement pleuré. Dieu connait nos misères, les fardeaux de nos tristesses, et il les prend en pitié. Pourquoi Dieu n’accomplit-il pas de telles actions gratuites plus souvent ? Nous aimerions qu’il passe sur nos routes, qu’il s’arrête à nos portes quand nous frappent tant de malheurs, les maladies physiques ou psychiques, les accidents, les coups durs de toutes sortes. Il est bien là pourtant, au cœur de nos détresses, lui qui n’a pas épargné son Fils unique, mais qui l’a livré pour nous. Mystère des dons cachés de Dieu, que nous ne voyons pas pour la plupart, parce que nous ne pouvons pas ou ne savons pas les voir.
Ce n’est pas du fils raflé en sa jeunesse que Jésus a compassion, mais de sa mère. Elle reste seule, au moment où son seul espoir de soutien est devenu un jeune homme capable de travailler et à son tour de s’occuper d’elle, alors qu’elle entre peut-être dans la vieillesse. Son fils est couché et, à vues humaines, il ne se relèvera plus. Nous avons ainsi bien des jeunes hommes ou jeunes femmes autour de nous qui sont comme morts, qui n’arrivent pas à se lancer dans l’existence, à se mettre debout pour prendre part à la transmission de la vie. Nous connaissons beaucoup de parents qui aimeraient voir leur enfant devenu adulte se relever. Sommes-nous pris de pitié pour eux tous ? Nous penchons-nous sur les brancards pour dire, au Nom du Christ, un mot qui pourra remettre debout ?
A la voix de Jésus, le fils se lève et parle, probablement balbutiant, à la sortie de ce profond sommeil. Mais le simple fait de sa voix est annonce de la Bonne Nouvelle de la Résurrection, du Christ lui-même. L’Esprit de vie est là. C’est pourquoi les gens glorifient Dieu. Nous qui sommes vivants, nous laissons-nous l’Esprit relever nos morts ? Ouvrons-nous les lèvres pour que se manifeste l’action de grâce devant ces petites merveilles ?

Prière universelle :

PU 10e dimanche ordinaire C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Comment expliquer l’exclamation de la foule, la reconnaissance de Jésus comme Prophète ?

Comprendre sa foi :

Qu’est-ce que ce texte révèle de la mission de prophète, et donc de notre mission de baptisés ?

Vivre avec Jésus :

Que pourrais-je faire pour vivre plus, pour vivre mieux, pour répondre à l’invitation de Jésus ?

Baptême du Seigneur : l’eau et l’Esprit



Baptême du Seigneur :
Mc 1, 7-11

Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint.

Humilité de Jean-Baptiste qui se met bien à sa place dans l’Histoire du Salut : il est tout tourné vers le Christ qu’il attend et annonce. Il fait ce que l’Esprit l’appelle à faire, et ne va pas plus loin. Il sait qu’il peut inviter à la conversion avec un baptême d’eau, mais ne peut donner la vie nouvelle. C’est sa vocation.
Humilité de Jésus qui descend dans le Jourdain pour recevoir un baptême de purification, et cela après 30 ans de vie cachée. En avait-il besoin lui qui est Dieu ? Non. Mais il assume toute notre condition humaine. Déjà en se faisant homme, il pend sur lui notre péché pour nous en purifier. Avec nous il reçoit de Jean la purification humaine de l’eau. Pour nous il reçoit du Père la purification divine dans l’Esprit. C’est pour cela qu’il est venu, et c’est pour cela que le Père l’appelle par son Nom à ce moment précis.
C’est dans l’humilité que Dieu peut appeler. C’est dans l’humilité que s’accomplit la vocation de chacun. Car c’est dans l’humilité que l’Esprit peut être donné et reçu.

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Ce passage de la vie de Jésus est rapporté par les quatre évangélistes : pourquoi est-il si important ?

Comprendre sa foi :

Que veut dire pour nous « être baptisé dans l’Esprit Saint » ?

Vivre avec Jésus :

Accomplir humblement sa vocation, c’est faire la joie de Dieu : est-ce ma joie aussi ?