Archives pour l'étiquette amour de Dieu

30e dimanche : L’amour comme loi



30e dimanche ordinaire A :
Matthieu 22, 34-40

Tout ce qu’il y a dans l’Écriture dépend de ces deux commandements.

Jésus est de nouveau mis à l’épreuve. Ce n’est plus en contexte politico-religieux, mais dans celui de la piété et de la rectitude de la foi. Un savant, spécialiste des règles de la religion, s’avance vers Jésus, au nom des pharisiens, amoureux de la Loi. Il s’agit de le tester, d’évaluer son rapport aux quelques centaines de commandements contenus dans l’Écriture et la Tradition. La réponse aurait sans doute été plus aisée si la question avait été au pluriel : les dix commandements, les dix paroles données à Moïse au Sinaï. Jésus est interrogé sur la fine pointe de la Loi, et donc sur sa raison d’être, son fondement.
Jésus invite au passage de la Loi à l’amour. Il donne le grand critère d’interprétation de toute la Loi ancienne, pour la lire, l’interpréter, la mettre en pratique. Il ouvre ainsi les portes de la Loi nouvelle : l’Esprit Saint, l’Esprit d’amour, répandu dans le cœur de ceux qui croiront en lui. Aimer Dieu et ses frères est une feuille de route pour la vie morale, pour la manière de se comporter. C’en est une aussi pour la lecture de l’Écriture, la lectio divina : lire dans l’Écriture l’amour de Dieu et des autres, lire avec amour, laisser jaillir l’amour de la lecture et de la méditation du texte sacré.
Mais nous chrétiens, ne sommes-nous pas parfois comme les pharisiens ? Dans l’action comme dans la prière, nous préférons souvent les mesures humaines à la démesure divine. Cela nous paraît plus facile. Nous nous efforçons d’être en règle avec la loi de l’Église, et c’est juste. Nous scrutons le texte sacré avec notre intelligence, et c’est bien. Mais ne faudrait-il pas un peu plus lâcher prise dans l’amour ? C’est alors que Dieu parle, qu’il se manifeste, qu’il agit et nous fait agir.

Prière universelle :

PU 30e dimanche ordinaire A

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

La première lecture donne une clé pour comprendre le lien entre l’amour de Dieu et l’amour du prochain, laquelle ?

Comprendre sa foi :

L’amour peut-il être commandé ? La loi est-elle opposée à l’amour ?

Vivre avec Jésus :

Ai-je pour loi l’amour ?

13e dimanche : Ces petites choses extraordinaires…



13e dimanche ordinaire A :
Matthieu 10, 37-42

Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète

L’évangile est exigeant. Le Dieu Amour réclame tout. Il est « jaloux » nous dit souvent l’Ancien Testament. L’évangile de ce dimanche est bien dans cette ligne de la jalousie de Dieu, de l’amour préférentiel qu’il demande. Il est beau de voir ce désir de Dieu à notre égard, et la confiance qu’il nous fait. Mais c’est difficile à entendre. Et finalement, on peut être tenté de se demander qui sera digne de lui ? Est-ce réservé à une élite ? Heureusement que d’autres textes nous disent que Dieu est miséricordieux pour ceux qui ne sont pas à la hauteur !
Remarquons tout de même que si l’amour de Dieu est exigeant, pourtant il ne nous demande pas de faire des choses extraordinaires. Donner un verre d’eau fraîche à un disciple du Christ par honneur pour le Christ, qui ne pourrait le faire ? Servir le Christ dans ses frères, humblement, n’est-il pas à la portée de tous ? Même des personnes qui ne sont pas chrétiennes peuvent accueillir un homme juste en sa qualité d’homme juste, et recevoir ainsi leur récompense.
L’extraordinaire ne se situe pas tant dans la chose à faire, que dans le regard à porter sur le quotidien. Quel est le désir qui me fait avancer ? On peut en effet vivre au gré de ses caprices, ou bien désirer la Vie en plénitude. Pour quoi, pour qui agir et me surpasser ? On peut mettre son espoir en cette vie seulement, reçue des parents et transmise aux enfants, ou bien se tourner vers la Source et la Finalité de toute vie. Qui chercher et servir avant tout et par dessus tout ? On peut restreindre son domaine à soi-même, ou bien l’ouvrir à l’infini. Voilà ce qui est extraordinaire : en toute chose, contribuer à l’Oeuvre de Dieu.
C’est à chacun qu’il est proposé de participer à l’Histoire Sainte. Chacun est invité y prendre part à sa place. Tous ne sont pas prophètes, mais la récompense du prophète n’est pas que pour le prophète, car le prophète ne se suffit pas à lui-même. Élisée n’aurait pas accompli sa mission sans la riche sunamite. Le cœur de cette femme était probablement blessé de ne pas avoir d’enfant, mais il était ouvert. La place libre, le vide, a été donné pour le prophète en sa qualité d’homme de Dieu. Elle a su voir l’Oeuvre de Dieu, et y contribuer, simplement.

Prière universelle :

PU 13e dimanche ordinaire A

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Qu’est-ce qui caractérise chacune des attitudes décrites par Jésus ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi Jésus prétend-il à une priorité absolue ?

Vivre avec Jésus :

Comment puis-je servir le Christ dans mon entourage quotidien ?