Archives pour l'étiquette Ancien Testament

2e semaine de Carême : Sur la montagne



2e dimanche de Carême C :
Luc 9, 28-36

Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier.

Le Carême est maintenant bien lancé. Nous sommes partis au désert avec le Christ, lieu de l’ascèse et de la tentation, mais aussi lieu de la prière et de la victoire. Il nous emmène plus loin à présent. Il nous prend avec lui et nous fait gravir la montagne, pour prier.
La montagne est un autre lieu d’intimité avec Dieu, un lieu particulier. On y prend de la hauteur. Il ne s’agit pas de se rapprocher du ciel, comme dans les religions naturelles. Dieu ne dépend pas des lieux pour se manifester. C’est nous qui avons besoin d’être portés. Sur la montagne, on voit la vie avec plus de recul, on s’éloigne de l’agitation du monde, du brouhaha des soucis, de la futilité de préoccupations qui n’en valent pas la peine. Sur la montagne, la nature se calme pour ne laisser place qu’au murmure du vent. Sur la montagne, on voit loin derrière, et loin devant.
C’est tout cela qui s’est passé lors de la Transfiguration. Les Apôtres Pierre, Jean et Jacques ont été conduits par Jésus à prendre du recul par rapport à la mission, à l’enseignement, à l’hostilité à l’égard de Jésus qui commence à poindre. Ils ont été invités à un moment d’intimité, à entrer dans la nuée de la présence de Dieu, caractéristique de l’expérience du Peuple au désert, jadis. Ils ont été invités à regarder loin derrière, avec Moïse et Élie, vers leurs racines spirituelles, et aussi loin devant, avec le Christ, vers leur Salut qui allait s’accomplir à Jérusalem, et vers leur glorification.
Nous sommes conviés à vivre la même chose durant notre marche vers Pâques. Montons sur la montagne. Prenons du recul. Laissons pour un peu de temps nos soucis en ce dimanche. Donnons à Dieu l’occasion de se manifester dans la nuée. Arrêtons-nous pour prier. Ouvrons notre Bible pour y rencontrer le Christ dans les paroles des prophètes. Regardons loin devant, pour voir au-delà de nos tracas et peut-être de nos souffrances, pour apercevoir déjà la victoire du Christ.

Prière universelle : PU 2e dimanche de Carême C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Rappelons-nous : quelle est la place de la montagne dans la vie de Moïse et dans celle d’Élie ?

Comprendre sa foi :

Mais pourquoi donc le témoignage des personnages de l’Ancien Testament est-il si important pour comprendre qui est Jésus ?

Vivre avec Jésus :

Est-ce que je désire gravir la montagne de mon cœur pour faire l’expérience de l’intimité de Jésus ?

2e dimanche : Bienheureux les invités aux noces !



2e dimanche ordinaire C :
Jean 2, 1-11

Il y eut un mariage à Cana en Galilée.

Elle est mystérieuse cette scène. Elle est merveilleuse. Scène familiale, toute empreinte de délicatesse et de discrétion. Le Peuple de Dieu est partagé entre joie et détresse. Il connait sa joie, celle de noces qui se renouvellent de génération en génération, celle de la fidélité de Dieu. Mais il sent aussi sa détresse, celle d’un amour qui s’est affadi jusqu’à s’épuiser, celle d’une alliance qui a fait son temps, qui est devenue ancienne, en attente d’une nouvelle.
Il n’y a plus de vin : terrible situation ! L’Ancienne Alliance a fait son temps. On attend la Nouvelle Alliance, annoncée par les prophètes. Marie est là, femme résumant en elle toute la foi et l’espérance du peuple de la première Alliance. Elle est là, comme elle sera au pied de la croix, annonçant, appelant le peuple de la nouvelle Alliance. Par sa bouche, par sa foi, le Peuple unique se tourne vers le Seigneur miséricordieux venu à la rencontre de l’Humanité en peine.
En donnant le vin nouveau, Jésus se révèle comme l’Époux du Cantique des Cantiques, dont l’amour est plus doux que le vin. Ce vin des noces, le bon, annonce déjà le Sang versé sur la Croix. Ce mariage à Cana est déjà le début de celui du Christ avec l’Église. Les disciples croient, ils reconnaissent le Messie promis dans cette manifestation de sa gloire. Ils entrent dans la joie nouvelle, ils entrent dans l’Alliance nouvelle, ils consentent à la demande de l’Époux. L’heure des noces éternelles est proche, bientôt elles seront consommées.
Nous aussi sommes invités à entrer dans ce mystère nuptial. Nous sommes membres de l’Église Épouse, nous sommes Corps du Christ Époux, chacun à sa manière : les dons de l’Esprit sont variés. Le Vin de la Nouvelle Alliance nous est donné à boire dans l’Eucharistie. Christ lui-même, éternellement, se donne à son Église. Le recevrons-nous par la foi ? Lui accorderons-nous notre amour total ? Laisserons-nous son Amour à lui se répandre en nous et rejoindre nos frères en humanité ?
Allons, ouvrons grand nos cœurs, nos désirs : Il est là, l’Époux !

Prière universelle pour le 2e dimanche : PU-dimTO-C2

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Qui est le marié à qui s’adresse la remarque du maître du repas ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi Jésus attend-il la demande de Marie pour faire son miracle ? N’a-t-il pas remarqué que le vin manque ? Quel message veut-il donner ?

Vivre avec Jésus :

Et moi, lorsque je communie à la messe, est-ce que je demande à Jésus de remplir ma vie de son amour, de la transformer en un acte d’amour ?

3e semaine de l’Avent : Désirer Celui qui vient



3e semaine de l’Avent C :
Luc 3, 10-18

Or le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ.

Durant l’Avent, nous célébrons une attente. Tout l’Ancien Testament attend le Messie, prépare sa venue. Le Peuple de l’Ancienne Alliance annonce et désire, souvent sans le savoir, le passage décisif de Dieu dans l’Histoire humaine. Avec Jean Baptiste, nous arrivons au bout de ce temps, et d’une certaine manière au bout des temps. La plénitude des temps arrive avec le Christ, et il est beau de contempler le peuple en attente.
Dieu s’est fait homme. Il est venu parmi nous. N’y a-t-il plus rien à attendre ? Sommes-nous condamnés à une vie sans désir ? Durant cet Avent ne célébrons-nous qu’une attente passée et accomplie ? Nous aussi, chrétiens, Peuple de la Nouvelle Alliance, nous devons être un peuple en attente, un peuple de désir. Le Dieu de la Pâque, le Dieu qui passe, nous a visité, mais il a promis son retour dans la gloire. Il nous a donné mission de préparer ce retour, comme le Peuple de la Promesse avait reçu mission de préparer sa première venue. L’attente, le désir de la venue de Dieu devrait être au cœur de notre vie spirituelle.
Cette vigilance n’est pas seulement tournée vers « demain », vers une fin des temps qui peut nous paraitre finalement lointaine. D’abord la fin du temps peut arriver à tout moment, et c’est à chacun de se tenir prêt. D’autre part, comme ce peuple de l’Évangile, nous sommes invités à être à l’affût de la venue du Christ dans nos vies, à chaque instant. Le désir de son retour dans la gloire nous permettra de le voir à l’œuvre déjà dans l’aujourd’hui de notre vie. Car ce retour dans la gloire a déjà commencé : le Christ vient dans chacune de nos vies. À nous de le reconnaitre.

Prière universelle du troisième dimanche de l’Avent : PU-dimAvent-C3

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Pourquoi Dieu a-t-il envoyé Jean-Baptiste ?

Comprendre sa foi :

Le message de Jean-Baptiste concerne-t-il aussi les chrétiens ?

Vivre avec Jésus :

Et moi, comment est-ce que je désire, comme est-ce que je prépare la venue de Jésus ?

Entendre le Christ dans les Écritures



Il faut toute la montagne
pour entendre le criquet

Le poète Jean Mambrino a écrit ce distique : « Il faut toute la montagne/pour entendre le criquet » ! (dans : Le mot de passe)
En Chalosse il faudrait le traduire par : « Que cau tot lo pinhadar/enta entèner le grilhon » (il faut toute la forêt pour entendre le grillon).
Ces vers me semblent très évocateurs pour notre lecture/écoute des Écritures, de la Parole de Dieu. Trop souvent nous sommes bloqués dans notre compréhension des Écritures par l’arbre qui cache la forêt. Or ce qui nous permet de goûter la Parole de Dieu, c’est d’entendre le chant du grillon caché dans ses pages… Pour cela il faut une écoute/lecture large, stéréophonique… c’est à dire globale : entendre le motif répété dans tous les pupitres, donné par chaque instrument, comme un leit-motiv. Oui, il faut toute la Parole de Dieu, tout le pignada (la forêt landaise) pour goûter un chapitre, un verset, pour entendre le chant du grillon.
Poursuivre la lecture

2e dimanche de Carême : Consolation sur la route



2e dimanche de carême :
Marc 9, 2-10

Rabbi, il est bon que nous soyons ici !

C’est le cri qui jaillit spontanément du cœur de Pierre devant la gloire du Transfiguré. Tout est baigné de consolation. Le Père console son Fils sur la route de sa Pâque. Et cette consolation se répand sur ceux qui bientôt le verront défiguré.
Mais l’humaine faiblesse des apôtres les fait aussi trembler devant cette manifestation inattendue et fugitive de la gloire de Dieu. Qui donc est ce Rabbi aimé transfiguré par sa lumière intérieure ? Qui est-il, entre Moïse, le témoin de la Loi, et Élie, le prince des prophètes ?
Sur notre route aussi, le Seigneur se manifeste et nous console par les Écritures. Tout à coup elles prennent feu et commencent à rayonner le Christ. Illuminés, nous nous retrouvons balbutiants, et peut-être tremblants. Oserons-nous croire ? L’exigence de la foi est à la mesure du don de la grâce.
Pierre, Jacques, Jean, chacun de nous : ceux qui l’ont vu transfiguré, au-delà de l’apparence humaine, le verront défiguré, en-deçà de l’apparence humaine. Une seule foi, pourtant, accueille le Fils bien-aimé en tous ses visages. C’est le même avec qui il est si bon de se trouver, et le même qui trouble dans l’apparence de ce frère blessé. Il nous comble de ses dons, et nous confonds par son humilité, caché au plus profond de notre humanité.
Laissez-vous consoler par les Écritures. Elles vous indiqueront le Bien-aimé. Alors vous contemplerez le Transfiguré.

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Que représentent Moïse et Élie ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi cet épisode de la Transfiguration est-il lu durant le Carême ?

Vivre avec Jésus :

Est-ce que je cherche à mieux connaître Jésus lorsque je lis l’Ancien Testament ?