Archives pour l'étiquette foi

2e Semaine de Pâques : Dans la peau de Thomas



2e dimanche de Pâques A :
Jean 20, 19-31

Jésus vint, et il était là au milieu d’eux

La mort était effrayante. La résurrection l’était peut-être un peu aussi…
Thomas a refusé de croire sur parole les autres disciples pour que nous puissions croire avec lui. Il est assez facile de se reconnaître dans l’incrédulité de Thomas, mais plus difficile de communier à sa foi. Pourtant c’est non seulement pour lui, mais aussi pour nous qu’il a vu et qu’il a été invité à toucher le Ressuscité. Il ne semble d’ailleurs pas qu’il ait eu besoin de le toucher. Du moins ce n’est pas précisé. Son acte de foi jaillit à la parole du Christ, à la voix du Sauveur. Il est converti par la relation renouée avec son Seigneur.
Il ne s’agissait pas tant pour Thomas de toucher le Corps ressuscité du Christ que d’être touché par le Christ ressuscité. Il n’avait pas besoin d’une preuve scientifique, de pouvoir mettre la main sur un objet, mais de rencontrer de nouveau une personne, d’accueillir différemment son Seigneur, de passer à une relation plus profonde, plus intime, intérieure. Thomas pensait vérifier que Jésus était revenu d’entre les morts comme Lazare. Mais il a reconnu que la réalité de cette résurrection était autre, beaucoup plus fondamentale. Jésus n’est pas seulement revenu d’entre les morts. Sur lui la mort, pourtant encore inscrite dans sa chair par les plaies, n’a eu aucun pouvoir. C’est pourquoi il le reconnait Dieu vivant, vainqueur de la mort.
Si désirons être dans la peau de Thomas, mettons-nous y jusqu’au bout. L’apôtre n’a pas seulement été incrédule, il a désiré la rencontre. Il n’a pas seulement été sourd à la parole de ses frères, il a aussi ouvert son cœur à la venue du ressuscité. Il n’a pas seulement été absent de la communion de l’Église, il l’a rejointe le dimanche suivant pour être au rendez-vous fixé par le Ressuscité et pouvoir être touché par son Seigneur et son Dieu. Qu’il en soit ainsi pour nous dans l’Eucharistie.

Prière universelle :

PU 2e dimanche de Pâques 2017

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Quels sont les gestes de Jésus ? Quelles sensations des Apôtres ?

Comprendre sa foi :

Qu’est-ce que ce texte nous enseigne sur la foi ?

Vivre avec Jésus :

Pouvons-nous voir les mains et le côté du Corps ressuscité de Jésus ? Pouvons-nous les toucher ?

5e semaine de Carême : Sortez de vos morts !



5e dimanche de Carême A :
Jean 11, 1-45

Jésus dit : « Enlevez la pierre. »

Jésus lance une sorte de défi au bon sens. Marthe, par sa réaction, traduit sans doute la pensée de beaucoup. Elle avait pourtant confessé sa foi. On aurait pu imaginer une scène spectaculaire où Jésus montre sa puissance en faisant rouler la pierre toute seule. Non, il ne va pas au-delà de ce qu’il doit accomplir : la libération de la mort, le renouvellement de la vie. Tout le reste est lieu d’une mise en acte de la foi pour les protagonistes.
Il appelle à la foi ceux qui sont présents autour du tombeau de Lazare. Plus que cela, il les appelle à s’engager dans le processus de résurrection. Ils sont invités à accompagner cette vie nouvelle, à lui permettre de sortir au grand jour, de s’épanouir. Même Lazare est mis à contribution, puisque la liberté de vivre lui a été rendue : bien que serré de bandelettes, encombré des reliquats de sa mort, il se déplace, et choisit de revenir à la vie, d’aller vers les vivants.
Dieu, par la voix du prophète Ézéchiel, avait promis d’ouvrir nos tombeaux. Il l’a fait pour Lazare. Il l’a fait pour le Christ. Il désire le faire pour nous. Nous avons tous des zones de mort en nous : ça ne bouge plus dans notre cœur, ou dans notre psychologie, ou même dans notre corps. On ignore ces morts, volontairement ou non. Elles restent dans la nuit. Elles sont un poids qui nous ferme sur nous-mêmes. Ce n’est pas parce que Dieu ne nous aime pas qu’il nous laisse parfois mourir, comme son ami Lazare. Il désire nous rendre la vie et montrer ainsi sa gloire, c’est-à-dire son amour pour l’homme.
Christ veut nous libérer de nos enfermements. Il veut que nous vivions pleinement. Il en fait le don à qui croit et se laisse changer. Mais il nous laisse rouler la pierre quand tout semble déjà fichu. Il nous laisse libre de recevoir ses dons. Heureux qui s’ouvre à l’action de l’Esprit et sort de ses tombeaux !

Prière universelle :

PU 5e dimanche de Carême A

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Que dit Jésus de lui-même ? Que comprend Marthe ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi Jésus a-t-il fait ce miracle ? Quel est le message essentiel ?

Vivre avec Jésus :

Quel tombeau de mon cœur ai-je besoin de présenter au Seigneur ? Quelle pierre m’invite-t-il à rouler ?

4e semaine de Carême : Croire ou refuser de voir ?



4e dimanche de Carême A :
Jean 9, 1-41

Jésus cracha à terre et, avec la salive, il fit de la boue ; puis il appliqua la boue sur les yeux de l’aveugle, et lui dit : « Va te laver à la piscine de Siloé »

L’aveugle n’a rien demandé. La vie avait fait de lui un mendiant dès sa naissance, considéré comme pécheur depuis toujours, sans contact personnel avec les autres, livré aux ténèbres. Il gisait là, sur les marches, privé de dignité humaine, juste bon à servir d’alibi pour les aumônes des gens de bien. Il faisait partie du paysage, on était habitué à le voir. Jésus, lui, s’arrête, il le considère, il le touche, il le sauve de ses ténèbres. L’aveugle n’a rien fait pour cela, il s’est juste laissé approcher par ce Jésus si contesté des pharisiens, et pourtant si bon. Il s’est laissé faire.
Dans sa simplicité, ce geste de Jésus rappelle le geste créateur de Dieu qui, par la poussière du sol, l’eau et la Parole, a créé l’homme. L’acte de foi de l’aveugle qui va se laver à la piscine, quant à lui, rappelle le passage sauveur à travers l’eau, le passage de la mer Rouge. Pour cet homme, c’est effectivement une vie nouvelle qui commence, une vie dans la lumière. C’est un jour de Salut. Il va devenir signe de Salut. Mais il devient du même coup, comme Jésus, signe de contradiction, de façon incompréhensible. On l’accuse d’avoir été sauvé…
Le geste, en effet, aurait pu passer plus ou moins inaperçu, comme un miracle de Jésus parmi d’autres. Mais il n’en fut rien. L’aveugle était connu. Depuis des années, à chaque prière au Temple, on le croisait. Et voici que ce Sabbat, ce jour saint, tous le voient se promener librement, voyant, sans doute émerveillé de la vie, peut-être un peu perdu, étourdi par cette situation inconnue. Comment ne pas s’étonner que cet homme, réputé « pécheur depuis sa naissance », se retrouve ainsi voyant, libre ? Il dit à qui veut l’entendre ce qui s’est passé, il raconte la scène si simple, le geste de miséricorde. Tout cela se passe un jour de Sabbat, et la tranquillité de la pratique religieuse en est troublée. Les pharisiens s’en offusquent. Ils se ferment au signe. Ils s’aveuglent.
Nous sommes tous nés aveugles. Tous les hommes sont pécheurs. Le jour de notre baptême, nous avons été guéris par le Christ, illuminés, absolument gratuitement. Nous pouvons le voir, le reconnaitre, croire, et entrer en relation avec lui. Mais comme les pharisiens, nous pouvons aussi nous refermer sur notre tranquillité religieuse, ne pas nous laisser déranger, et ne pas entrer en relation. La contradiction est dans notre cœur.

Prière universelle :

PU 4e dimanche de Carême
PU Annonciation du Seigneur, 25 mars

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Combien de fois l’expression « ouvert les yeux » est-elle utilisée ? Et le verbe « voir » ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi Jésus a-t-il ouvert les yeux de l’aveugle ? De quoi est-ce un symbole ? Quelle vision lui rend-il à la fin ?

Vivre avec Jésus :

Comment le Christ est-il ma lumière ? Qu’est-ce que je vois grâce à lui ?

3e dimanche de l’Avent : Reconnaître Celui qui vient



3e dimanche de l’Avent A :
Matthieu 11, 2-11

« Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »

Il est difficile de dire si le doute de Jean-Baptiste sur l’identité de Jésus est pour nous consolant ou terrifiant. L’annonce de la venue du Messie était toute sa vocation, contenait en elle tout le sens de sa vie, de sa personne même, elle était et reste ce qui le qualifie le plus profondément entre tous les hommes. Et voici qu’il a du mal à le reconnaître, peut-être parce qu’il est si différent de l’idée qu’il s’en faisait. Il avait pourtant lu, relu, et médité la Torah et les Prophètes, lui le dernier et le plus grand d’entre eux. Il connaissait probablement par cœur ce passage d’Isaïe que Jésus lui envoie en retour comme message. Il n’en est pas moins dérouté par ce Dieu à qui il a tout consacré, par la venue de ce Messie, par sa manifestation qui semble si lointaine de celle qu’il a annoncé.
Aurait-il, même lui le plus grand des prophètes, des yeux pour ne pas voir, et des oreilles pour ne pas entendre, comme Jésus le reproche à ses contemporains, à la suite des grands prophètes de l’Ancien Testament ? Jésus est en effet obligé de lui remettre la réalité devant son nez, et de lui apprendre à être attentif à ce qu’il perçoit. Peut-être, surtout, le conforte-t-il dans la foi, foi dans les Écritures, foi en Jésus venu les accomplir, dont il a préparé la venue en annonçant la nécessité de se convertir. Au plus grand des prophètes n’a pas été épargné l’acte de foi de tout homme en ce monde pour accueillir l’incroyable, pour reconnaitre Dieu visitant son Peuple, à l’intime de notre humanité.
La conversion, la méditation des Écritures, la foi au Christ qui vient selon sa promesse. Voilà l’œuvre de l’Esprit qui nous permet de reconnaître Dieu visitant son Peuple, s’approchant au cœur de nos vies. Des messagers sont là pour attirer notre attention. Et à notre tour nous sommes invités à devenir messagers, prophètes, pour nos frères. Si nos yeux et nos oreilles ont du mal à voir et à entendre, si nos cœurs ont du mal à croire, allons au désert rencontrer un Jean Baptiste, un grand frère dans la foi qui nous ouvre les Écritures.

Prière universelle :

PU 3e dimanche de l’Avent A

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Pourquoi Jean a-t-il donc prêché dans le désert ? N’aurait-il pas mieux valu aller à Jérusalem ?

Comprendre sa foi :

Paul parle de patience : quelle est son importance dans notre foi ?

Vivre avec Jésus :

Est-ce que je cherche à entendre, à comprendre, et à me nourrir du message des prophètes ?

33e dimanche : Persévérer, sans peur



33e dimanche ordinaire C :
Luc 21, 5-19

C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie.

Ce monde aura une fin. Tout notre être le sait, parce que le corps qui est le nôtre en cette vie est lui-même marqué par la mort. La matière dit que cette fin est destruction, ou au mieux transformation pour alimenter une autre forme de vie matérielle. L’Esprit dit que cette fin sera libération et accomplissement. Dans tous les cas il faut passer par une lutte, par des tensions, par un bouleversement. Cela arrivera à un niveau personnel, à l’approche de la mort, mais aussi dans des dimensions sociales, et cosmiques. Le monde entier est pris comme de tremblement, et le mystère de la vie humaine se trouve au cœur d’un enfantement.
C’est à vivre cela que Jésus veut nous préparer. Il veut nous aider à assumer cette condition qui est la nôtre par son discours apocalyptique. Les tremblements de terre, les épidémies, les tempêtes, les guerres, les famines, les persécutions : tout cela fait le quotidien de l’actualité mondiale. Nous entendons parler de certains de ces malheurs, beaucoup restent cachés dans le secret, mais nous savons qu’ils sont bien réels pour des populations pas si éloignées de nous. Parfois nous sommes touchés par la violence et le rejet, notamment en raison de notre foi et de notre espérance. Elles ne sont pas acceptées, parce qu’elles ont quelque chose de scandaleux face à tous ces malheurs.
Jésus ne nie pas ces catastrophes, il reconnaît tous ces malheurs qui arrivent. Il sait que cette vie, ce monde, auront une fin. Il ne se voile pas la face sur cette réalité. Pourtant ce n’est pas cette fin qu’il nous invite à considérer, mais la vie. Ce n’est pas le caractère effrayant des douleurs de l’enfantement qui doit retenir notre attention, mais la persévérance dans l’effort et le témoignage, la tension vers l’enfantement au monde nouveau. C’est ainsi que lui a vécu sa passion, par amour de l’Humanité. C’est ainsi que nous sommes appelés à le suivre, à entrer dans le Mystère qu’il nous a révélé, à y participer.

Prière universelle :

PU 33e dimanche ordinaire C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Quelles sont les ressemblances et les différences entre la première lecture et l’évangile ?

Comprendre sa foi :

En quoi penser à la fin des temps peut nous aider à vivre humainement, chrétiennement ?

Vivre avec Jésus :

Quelle est mon attitude intérieure face à tous les malheurs qui frappent le monde, et devant ceux qui m’atteignent personnellement ?

29e dimanche : Prier sans se décourager



29e dimanche ordinaire C :
Luc 18, 1-8

Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice.

Jésus nous offre une parabole pour nous encourager dans la prière. C’est parce que le découragement est une expérience finalement commune dans la vie de prière. C’est parce que nous semblons avoir des raisons de baisser les bras, de nous fatiguer de demander, de nous lasser devant un apparent silence de Dieu. C’est à cause de notre impression, parfois, de nous tourner vers un Dieu sourd ou lointain. Mais peut-être le problème vient-il de nous ? Peut-être nous tenons-nous loin de Dieu, hors d’atteinte, pour qu’il ne vienne pas nous déranger. Peut-être demandons-nous, mais à voix basse, comme en passant, sans conviction, par dépit.
Jésus nous invite à prendre une pilule anti-découragement: la foi. Nous savons que Dieu est bonté. Nous savons qu’il nous a créés pour être heureux. Nous savons qu’il est miséricorde et que nos misères ne le laissent pas indifférent. Nous savons qu’il est justice, et qu’il veut nous rendre justice contre le mal. Nous savons qu’il est amour, et qu’il fera tout pour nous sortir de la panade. Comme il est tout-puissant, nous savons qu’il peut le faire. Il a juste besoin que nous ayons besoin de lui, et que nous ouvrions nos cœurs à ses dons. Savoir des choses sur Dieu est une chose. Mettre sa foi en Dieu, appuyer toute son existence sur ce que nous savons de lui en est une autre. Cela requiert un engagement sans faille et l’ouverture du cœur à l’inattendu de son amour.
Alors n’hésitons pas: crions vers Dieu ! Disons et redisons nos fatigues et nos lassitudes ! Demandons justice! Faisons valoir notre cause! Dénonçons le mal qui sévit autour de nous! Au Ciel, le service des réclamations et contentieux est toujours ouvert: profitons-en ! Mais n’oublions pas que Dieu est une personne fort déroutante. Il agit souvent différemment de ce que l’on pense. Mettons en lui notre foi, et laissons-le agir comme bon lui semble. Souvent il ne répond pas quand on le souhaiterait, ni comme on l’attendrait. Il fait bien mieux.

Prière universelle :

PU 29e dimanche ordinaire C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Jésus prend comme exemple un juge inique : est-ce que cela aurait quelque chose à voir avec le regard que nous portons parfois sur Dieu ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi Dieu veut-il que nous persévérions dans la prière ? Pourquoi ne l’exauce-t-il pas toujours et tout de suite ?

Vivre avec Jésus :

Est-ce que je laisse grandir ma foi en persévérant dans la prière ?

27e dimanche : Vivre et grandir dans la foi



27e dimanche ordinaire C :
Luc 17, 5-10

Les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! »

Cette demande des Apôtres n’est-elle pas une prière commune à tout chrétien ? Ne souffrons-nous pas souvent de notre manque de foi, et n’aimerions-nous pas que le Seigneur nous donne un petit coup de main pour l’acquérir ? Si, même toute petite, elle a tant de puissance, pourquoi le Seigneur ne l’augmente-t-il pas en nous afin qu’elle se propage ? Cela arrangerait beaucoup de nos problèmes existentiels, et faciliterait bien l’évangélisation ! Jésus, comme à son habitude semble répondre un peu à côté de la demande des disciples. Il les met devant leur et notre manque de foi, et puis apparemment c’est tout.
Dans la seconde partie de l’évangile, Jésus change de sujet et ne répond finalement pas à la demande des Apôtres. Ou bien peut-être Jésus nous présente-t-il une logique toute différente, une autre manière de voir les choses. Nous sommes des serviteurs quelconques, et à travers nous, Dieu fait son œuvre. L’appel qu’il nous adresse, la foi qu’il nous donne, sont des dons gratuits. Notre gloire n’est pas de déraciner les arbres et de les envoyer dans la mer. Elle est de servir humblement notre Seigneur.
Rester en tenue de service, accomplir ses tâches les unes après les autres, discrètement et avec persévérance, voilà la vie de foi. C’est ainsi que l’on reçoit sa nourriture au temps de Dieu. C’est ainsi que l’on voit l’œuvre de Dieu s’épanouir bien au-delà de ce que nous pouvons faire nous-mêmes. Sans doute est-ce au cœur de ce service que Dieu veut augmenter en nous la foi, par ce service, par ce devoir rempli avec amour et fidélité. Alors, au-delà du voile de cette vie, on entre par la foi dans le mystère de la vraie Vie.

Prière universelle :

PU 27e dimanche ordinaire C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Jésus répond-il vraiment à la demande des Apôtres ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi est-il important que notre vie de foi soit un service ?

Vivre avec Jésus :

Moi qui ai un peu de foi, suis-je serviteur de Dieu et de mes frères ?

La Croix du Christ : Remède, exemple et mystère



Gautier de St Victor, Sermon III sur les trois raisons de se glorifier dans la Croix

(traduit par frère Thibaud)

Il y a trois raisons pour lesquelles nous devons nous glorifier dans la croix : elle est un remède, un exemple et un mystère.

La croix : un remède

Nous appelons remède le mérite de la Passion et le la mort même du Christ. En effet, le Christ lui-même, exempt de tout péché, seul libre parmi les morts, n’a nullement été débiteur de la mort, mais cependant, « à cause de l’immense amour dont il nous a aimés » (Eph 2,4)  en obéissant au Père, il a souffert pour nous, débiteurs de la mort, une mort qu’il ne méritait pas. Et il a beaucoup mérité et nous a fait don de son mérite, de sorte que nous arrive par lui ce mérite qui lui aurait servi aussi s’il en avait eu besoin.

Ce mérite est si grand qu’il suffit au salut de tous. La grandeur du mérite vient de la grandeur de l’amour, comme on le pense communément. Ainsi, puisque l’amour du Christ est immense, le mérite de sa mort aussi est immense. Si tous les saints, tous ceux qui n’ont vécu depuis le commencement du monde et ceux qui viendront jusqu’à la fin du monde, avaient été libres de tout péché et étaient morts pour la justice, la mort de tous n’aurait pas cependant autant mérité que la seule mort du Sauveur qui n’a eu lieu qu’une seule fois. Je vais dire encore davantage. Si tous les anges, les Dominations, les Trônes, les Chérubins et les Séraphins s’étaient incarnés, étaient devenus mortels et étaient morts pour la vérité, la justice et la piété, leur mérite à eux tous ne pourrait pas être égalé au mérite du Christ ; d’où il suit que, non seulement un mérite aussi grand suffit à la rédemption du monde entier, mais encore, si l’univers était illimité et si tous croyaient dans le christ, un tel mérite suffirait à tous pour le salut.

Paul, en contemplant ce trésor incomparable de notre salut, déclare : « Loin de moi la pensée de me glorifier, sinon dans la croix de notre Seigneur Jésus-Christ » (Ga 6,14), c’est-à-dire : loin de moi la pensée de me juger digne d’autre chose que de gloire et de salut, sinon dans la puissance, la force et le mérite de la Passion. Car dans ce remède se trouve notre unique espérance, puisqu’il « n’y a pas d’autre nom sous le ciel qui doive nous sauver » (Ac 4,12). Ce remède suffit aux tout-petits et à ceux qui n’ont pas le temps de travailler à leur salut.

La croix : un exemple

Mais pour ceux qui peuvent travailler à leur salut, en plus du remède on exige qu’ils suivent l’exemple, « puisque le Christ a souffert pour nous » afin « que nous marchions sur ses traces » (1 P 2,21). D’où la parole de l’Apôtre : « Frères, nous vous exhortons à ne pas recevoir en vain la grâce de Dieu » (2 Co 6,1). Il appelle « grâce » ce remède de la mort du Christ. Celui qui ne veut pas travailler à son salut alors qu’il le peut, « reçoit la grâce en vain ». Donc « se glorifier dans la croix » à cause de l’exemple, c’est l’imiter lui-même avec joie, comme l’Apôtre qui se glorifie « dans les tribulations » ; et aussi, les apôtres « sortaient joyeux du Sanhédrin, parce qu’ils avaient été jugés dignes de supporter des injures pour le nom de Jésus » (Ac 5,41).

Il faut imiter l’exemple de la Passion non seulement pour conserver le remède, mais encore pour accroître l’éclat de la couronne. « Car chacun recevra son propre salaire en fonction de son travail, et l’homme récoltera ce qu’il aura semé » (cf. Ga 6,8). Donc, que chacun examine bien quelle semence il jette en terre, car « celui qui sème dans la chair récoltera, de la chair, la corruption », mais « celui qui sème dans l’Esprit récoltera, de l’Esprit, l’incorruptibilité » (id.), et « celui qui sème chichement récoltera aussi chichement, celui qui sème abondamment récoltera aussi abondamment » (2 Co 9,6). Loin de toute rivalité, car « quel que soit le travail de chacun, le feu l’éprouvera » (1 Co 3,13).

La croix : un mystère

Nous appelons mystère de la croix le sens mystique (caché) de ce même bois. Car le bois a une forme carrée. Ce carré de la croix désigne un certain carré invisible de la charité dont l’Apôtre dit : « Afin qu’enracinés et fondés dans la charité, vous puissiez comprendre avec tous les saints ce qu’est la largeur et la longueur, la hauteur et la profondeur » (Eph 3,17-18). La largeur de la charité s’étend jusqu’aux ennemis, elle est signifiée par la largeur de la croix. La longueur de la charité, c’est que l’on persévère jusqu’à la fin, elle est exprimée par la longueur de la croix. La hauteur de la charité, c’est de tout faire pour Dieu dans l’espérance de la béatitude éternelle. La profondeur de la charité, c’est de ne rien attribuer au mérite de l’homme, mais de tout attribuer à la grâce et à la miséricorde de Dieu dont nous ne pouvons pas comprendre les raisons, les desseins, et les jugements. En effet, cette profondeur est sans fond, de là vient que l’Apôtre, parlant de l’élection de Jacob et du rejet d’Esaü, s’écrie : « Ô profondeur des richesses, de la sagesse et de la science de Dieu, qu ses jugements sont incompréhensibles » (Rm 11, 33).

Ils ne peuvent donc pas comprendre ce carré de la charité, c’est-à-dire en avoir parfaitement connaissance, ceux qui n’auront pas été « enracinés et fondés dans la charité » (Eph 3,17), parce que les ténèbres ne saisissent pas la lumière : « enracinés », par analogie avec l’arbre, « fondés », par analogie avec la maison ; enracinés par l’amour du prochain, fondés par l’amour de Dieu. Par l’amour du prochain on devient un bon arbre, par l’amour de Dieu on devient maison de Dieu, demeure et temple de Dieu. L’amour du prochain apparaît extérieurement dans les actes, l’amour de Dieu est au-dedans, caché dans le cœur.

Voyez quels fruits agréables produit l’arbre de la charité fraternelle. En effet, cet arbre étend ses branches tout à l’entour. La charité fraternelle témoigne aux supérieurs respect et obéissance, aux inférieurs expérience et sollicitude ; ceux qui sont à droite et qui ont fait quelque progrès, elle les félicite, mais à ceux qui sont à gauche, victimes de quelque faute ou tentation, elle leur témoigne de la compassion. Aux uns l’imitation, aux autres l’exhortation. Or, ceux qui voient en eux ce carré ne peuvent se glorifier injustement dans le mystère de la croix comme ceux qui ont une foi saine, qui sont renés dans le Christ et se réjouissent dignement dans le remède de la croix. Mais ceux qui portent dans leur corps les marques de Jésus peuvent se glorifier dans l’exemple de la croix.

La croix : notre salut

Il y a donc trois raisons pour les quelles il faut se glorifier dans la croix : le remède aboutit à la foi, l’exemple à la pratique des œuvres, le mystère à l’amour. Cependant ces trois, la foi, la pratique des œuvres, et l’amour sont exigés comme nécessaires au salut. Au sujet de la foi, Paul affirme : « Sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu » (He 11,6) ; au sujet des œuvres, Jacques écrit que sans elles « la foi est morte » (Jc 2,17) ; et au sujet de la charité, l’Apôtre dit : « Si je livre mon corps aux flammes et que cependant je n’aie pas la charité, cela ne me sert à rien » (1 Co 13,3).

Gautier de St Victor Sermon III Sur les trois raisons de se glorifier dans la croix (CCL-CM 30, 250-252). Gautier de St Victor était prieur de l’abbaye de St Victor à Paris au XIIe siècle

19e dimanche : Veiller et servir



19e dimanche ordinaire C :
Luc 12, 32-48

Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller.

Nous ne savons pas quand l’Époux reviendra dans la gloire, à la fin des temps. C’est déjà une bonne raison de se tenir prêt, dans l’espérance. Quand nous autres moines nous levons tôt le matin pour veiller et prier, c’est bien cette venue que nous attendons, que nous espérons, que nous voulons hâter par notre prière. Notre intercession pour le monde veut en éloigner le mal. Mais notre veille de garde est aussi tournée vers la venue quotidienne de la grâce. Dès le petit matin, avant l’aurore, nous préparons nos cœurs, nous préparons le cœur du monde, à accueillir sa présence dans nos vies.
Car la venue de l’Époux n’est pas strictement réservée à la fin des temps. Dieu vient à notre rencontre plus souvent que cela. Il peut venir à tout moment, et la manière dont il s’y prend est toujours inattendue. C’est pourquoi il ne faut pas seulement attendre, mais veiller, être aux aguets, ouvrir les mirettes de son cœur pour le reconnaitre. Christ ressuscité est là présent dans la simplicité de nos vies, et il mendie notre attention et notre amour.
Il vient dans le frère qui demande un service. Il vient dans la sœur qui a besoin d’être écoutée et aimée. Il vient dans le pauvre qui frappe à notre porte. Il vient dans la personne seule, malade, rejetée qui mendie un peu de compagnie, un peu d’humanité. Il vient dans les enfants et les jeunes qui recherchent des éducateurs. Il vient dans les communautés d’Église qui recherchent des ouvriers de l’Évangile et des pasteurs. Il vient dans les paumés assoiffés de repères pour leur vie. Il vient dans nos voisins et nos compagnons de travail qui portent sans espérance leurs fardeaux cachés. Tout ce que nous aurons fait au plus petit d’entre les hommes, c’est à lui que nous l’aurons fait.
En attendant son retour glorieux, l’Époux souffrant a besoin de nous. Qui répondra à son appel quand il frappe à la porte ? Qui prendra la tenue du service de ses frères et sœurs ? Qui donnera tout pour gagner le trésor de l’amour ?

Prière universelle :

PU 19e dimanche ordinaire C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Quel est le rapport entre veiller et servir ?

Comprendre sa foi :

Le retour du Christ est-il lointain ? cette perspective devrait-elle marquer notre vie spirituelle ?

Vivre avec Jésus :

Comment est-ce que je veille ? Comment est-ce que je sers ?

3e semaine de Pâques : Accueillir le Ressuscité



3e dimanche de Pâques C :
Jean 21, 1-19

Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur.

Chacun accueille le Ressuscité à sa manière. « C’est le Seigneur! » Jean reconnait le Ressuscité et témoigne. Pierre accueille le témoignage et va à la rencontre de Jésus. Les autres sont dans la barque, affairés à l’œuvre de Dieu. La vie spirituelle prend de multiples formes, et la rencontre avec le Ressuscité a de multiples effets. Chacun son tempérament, sa grâce, sa vocation. Il en faut pour voir au-delà du visible immédiat. Il en faut d’autres pour se jeter à l’eau et montrer le chemin. Il en faut enfin tout simplement pour gérer la barque pendant que les premiers ont le nez en l’air et que les seconds laissent libre cours à leur impulsivité !
L’important, c’est que tous se retrouvent autour du Ressuscité, autour de la table eucharistique, autour du service du prochain. C’est ainsi que Jésus ressuscité se fait reconnaitre, c’est ainsi qu’on peut le reconnaitre : dans la mémoire vivante du don de sa vie, célébrée tant dans la liturgie que dans le service des hommes, en son Nom. L’un est indissociable de l’autre. L’un et l’autre, ensemble, sont la vraie confession de la foi et de l’amour. L’un et l’autre nous rassemblent en un seul Corps, le Corps du Ressuscité, présent dans le monde, pour le Salut de tous les hommes.
C’est pourquoi là se produit LE dialogue. Là est posée LA question : « M’aimes-tu ? » Le dialogue entre Jésus et Pierre est le dialogue de tous les chrétiens avec leur Seigneur. Il est le dialogue intime de chacun avec lui dans l’Eucharistie et dans le service des autres. Pour peu que l’on soit sincère avec soi-même, le « tu sais bien que je t’aime » reste en travers de la gorge, comme pour Pierre : nous connaissons notre infidélité. Pourtant Jésus ne nous retire pas sa confiance. Dans sa Miséricorde, il nous appelle tout de même à l’amour, il nous croit encore capable d’amour et de fidélité. Il nous confie nos frères, chacun selon sa grâce, et il nous invite à le suivre, chacun à sa manière.
À présent, c’est par l’amour et le service du frère que nous voyons que nous pouvons accueillir le Ressuscité et répondre à l’amour de Dieu que nous ne voyons pas.

Prière universelle :

PU 3e dimanche de Pâques C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

A quelles autres scènes de la vie de Jésus fait penser ce récit ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi les disciples ne reconnaissent-ils pas Jésus tout de suite ? Pourquoi est-ce important qu’ils le reconnaissent à ses actes plus qu’à son apparence ?

Vivre avec Jésus :

Est-ce que je suis attentif à la présence personnelle du Ressuscité quand je célèbre la messe et quand je sers mes frères ?