Archives pour l'étiquette joie

27e dimanche : La joie du fruit porté



27e dimanche ordinaire A :
Matthieu 21, 33-43

Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne.

Les premiers moines nous invitent à garder devant nos yeux la perspective du retour du Christ. Ils nous invitent même à croire que le Père vient quotidiennement vers nous par l’intermédiaire de serviteurs, par l’intermédiaire des frères et des pauvres qui mendient notre amour. Il ne s’agit pas d’avoir peur d’un patron qui réclamerait du rendement et qui pourrait se mettre colère s’il n’est pas assez élevé. Dieu n’envoie pas ses serviteurs pour contrôler nos efforts, mesurer notre générosité, tester notre soumission. Il désire juste nous offrir la joie de lui remettre le fruit porté.
Cette parabole parle du mystère de l’Histoire du Salut, de l’envoi des Prophètes et de la venue du Fils. Mais elle nous rappelle aussi notre responsabilité de chrétiens. Puisque nous avons la grande grâce d’avoir reçu le Royaume en partage, nous sommes appelés à en prendre soin, et à en offrir les fruits au Père. L’Esprit Saint a été répandu dans nos cœurs pour que nous soyons féconds en amour. Il n’y a qu’à laisser cette vie surgir, les fruits se développer, et nos frères venir cueillir le fruit ainsi porter. Reconnaissons que notre cœur égoïste, parfois s’accapare ce fruit. Mais n’oublions pas que notre joie est dans le don.
Nous sommes l’Église, vigne plantée par le Seigneur et entourée de toute sa sollicitude. Nous sommes les vignerons, travaillant dans la vigne de ce monde. Nous sommes les serviteurs, envoyés auprès des hommes pour leur offrir la joie de remettre à Dieu le fruit de la vie. Garderions-nous pour nous la joie du fruit porté au lieu d’y ajouter celle de l’offrir au Propriétaire ? Servir les pauvres, annoncer la Bonne Nouvelle, faire miséricorde, distribuer largement l’amour autour de nous : n’est-ce pas cela remettre à Dieu le produit de la vigne ? Donnons, car tout nous est donné.

Prière universelle :

PU 27e dimanche ordinaire A

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Quelle est cette vigne, ou ces vignes, dont parlent les lectures ?

Comprendre sa foi :

Quel est notre rôle de chrétiens, d’hommes, dans cette vigne, ou ces vignes ?

Vivre avec Jésus :

Comment puis-je me reconnaitre dans les vignerons, les serviteurs, le fils ?

4e Semaine de l’Avent : Tressaillir pour le Sauveur



4e semaine de l’Avent C :
Luc 1, 39-45

…l’enfant tressaillit en elle.

Une excitation toute particulière monte dans le cœur des enfants à l’approche de Noël. Un tressaillement intérieur les prend à chaque signe de préparation de la fête. Ils sont tout tendus par le désir de ce jour. Ils attendent le rassemblement de la famille. Ils attendent la paix de ces jours où tous font un effort pour qu’on soit bien ensemble. Ils attendent la fête, les lumières, promesse de bonheur simple. Ils attendent les cadeaux, signes d’amour.
Ainsi Jean, dans le ventre d’Élisabeth, est tendu par le désir de la venue du Seigneur. Il porte en lui toute la tension de l’Ancienne Alliance vers cet Avènement. Il trésaille au premier signe, et fait tressaillir aussi sa maman sous la même action de l’Esprit Saint. Le Prophète, dès le sein de sa mère, voit arriver le rassemblement des enfants de Dieu, il sent venir le Prince de la Paix, il aperçoit le premier rayon de la Lumière avant même que l’Aube se lève sur le monde, parce qu’il est en attente du grand Cadeau de Dieu, le Fils Unique qui vient pour se donner.
L’évangile nous invite à connaitre nous aussi ce tressaillement spirituel, à l’approche de Noël. L’Esprit Saint nous le fait peut-être connaitre directement, comme Jean. Il nous invite à le reconnaitre par le tressaillement de quelque chose en nous, de quelqu’un en nous, comme l’Église trésaille encore aujourd’hui avec ses prophètes qui voient poindre pour notre temps l’aurore du Salut.
Aujourd’hui encore, le Seigneur vient visiter son peuple. Heureux qui croira à l’accomplissement des paroles qui lui ont été dites de la part du Seigneur !

Prière universelle du quatrième dimanche de l’Avent : PU-dimAvent-C4

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Pourquoi Élisabeth est-elle remplie de l’Esprit Saint ?

Comprendre sa foi :

Qui peut être considéré comme une image de l’Église dans ce passage d’Évangile ?

Vivre avec Jésus :

Dans quel personnage puis-je me reconnaître ?

3ème dimanche de l’Avent : Celui qui vient



3e dimanche de l’Avent :
Jean 1, 6-28

Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas : c’est lui qui vient derrière moi

Cette parole de Jean le Baptiste est encore vraie pour nous aujourd’hui. Notre Dieu est à la fois celui qui est présent et celui qui vient à nous. Depuis la chute d’Adam, Dieu cherche l’homme égaré.

  • Il est venu en personne quand le Fils a pris chair de Marie.
  • Il vient encore, sans cesse, à notre rencontre, dans l’Eucharistie et dans nos vies.
  • Il va venir dans la gloire et mettre fin au temps.

L’Avent célèbre ces trois venues du Christ : sommes-nous attentifs à chacune d’entre elles ? Nous réjouissons-nous de chacune d’entre elles ? Elles sont objet de joie, car elles transforment le sens de notre vie. Elles l’orientent vers une Vie éternelle, vers la plénitude de la Vie avec Dieu, en Dieu.
Vivons dans cette joie, rayonnons cette joie : nous annoncerons ainsi celui qui vient derrière nous mais qui est plus grand que nous.

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Pourquoi Jean Baptiste est-il témoin de Jésus ? Comment annonce-t-il sa venue ?

Comprendre sa foi :

« Il reviendra dans la gloire » dit le Credo : quel est le lien avec la naissance de Jésus dans la chair ?

Vivre avec Jésus :

Paul nous demande d’être toujours dans la joie, de prier sans cesse, de remercier Dieu en toutes circonstances : comment est-ce possible ?