Archives pour l'étiquette mal

10e semaine : Dieu vient à notre recherche



10e dimanche ordinaire B :
Marc 3, 20-35

Personne ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, s’il ne l’a d’abord ligoté.

Il y a beaucoup d’hostilité dans les lectures de la messe de ce dimanche. C’est l’hostilité qu’il y a dans notre vie aussi, si difficile à comprendre. La présence du mal, face à laquelle on se trouve démuni. Le mal est fort et semble dominer irrémédiablement, comme un prince de ce monde. Le mal n’a pas de sens, et il est bien difficile de l’aborder, d’avoir prise sur lui. Le mal met le trouble en nous et dans nos relations, même les plus intimes, et empêcher l’unité dans la paix. Le mal nous tire vers l’extérieur, vers la ruine désespérante de ce monde qu’il fait tout pour amener au néant.
Dieu ne se laisse pas arrêter par l’hostilité du mal. Il est venu dans le jardin de la Genèse, à la rencontre de l’homme qu’il a créé et qui s’est perdu, séparé de la Source de sa vie. Jésus est venu dans ce monde marqué par la détresse et l’angoisse, ce monde qui semble aller vers sa ruine, et qui y va réellement si l’on regarde sa réalité extérieure. Jésus a assumé l’hostilité de nos relations humaines les plus intimes, il a connu le jugement sur l’apparence et l’incompréhension de ses proches.
Il y a dans notre vie un homme fort. Le prince de ce monde est à l’œuvre, une œuvre de division. Il doit être ligoté avant que l’on puisse s’installer dans la demeure. Le Seigneur vient à nous pour cela. Il est plus fort que le mal. Quel chemin nous montre-t-il ? Ce monde extérieur, divisé par le péché, va vers sa ruine. Mais les portes de la vie éternelle nous sont ouvertes. Il ne s’agit pas de fuir la détresse et l’hostilité, mais de l’assumer pour faire le passage vers la vraie réalité, celle de l’homme intérieur et de la vie éternelle. Jésus nous a montré le chemin. Il est ce chemin, et appelle notre collaboration. Pour emprunter ce chemin, il nous invite à faire la volonté de Dieu. Le mal s’en trouve ligoté, il n’a plus de pouvoir. L’Esprit de Dieu agit alors, pour l’unité et la paix et l’on devient pour lui frère, sœur, mère.

Prière universelle :

PU 10e dimanche ordinaire B

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Quel dialogue y a-t-il entre la première lecture et l’évangile ?

Comprendre sa foi :

Qu’est-ce qui entrave notre liberté ? Qu’est-ce qui nous permet d’être libre ?

Vivre avec Jésus :

La décision de faire la volonté de Dieu guide-t-elle ma vie ?

16e dimanche : Dans le champ du Royaume



16e dimanche ordinaire A :
Matthieu 13, 24-43

Seigneur, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?

Cette question est toujours d’actualité. Elle le sera jusqu’à la fin des temps. Elle est difficile. Pourquoi y a-t-il tant de « mauvaises herbes » dans le champ du monde, alors que Dieu y a planté du bon grain ? Pourquoi y a-t-il tant de division alors que Dieu a tout préparé pour l’unité ? Le mal n’a pas de sens, il ne se prête pas à une réponse au « pourquoi ? ». Le bien et l’harmonie ont un sens, il donnent sens. Mais le mal, la division, détruit tout, nie tout sens. On ne saurait remonter à une cause originelle, en rendre raison : on ne peut que constater sa présence.
Jésus ne cherche pas à rendre raison de l’ivraie, sinon en disant qu’elle vient d’un ennemi, qu’elle n’est pas de Dieu. Prémisse du jugement final. Il ne veut pas non plus l’enlever, bien qu’elle soit néfaste : elle est si intriquée au bon grain qu’on ne peut l’enlever sans arracher le blé. Deuxième vérité sur notre condition, annonce aussi du jugement. Dieu prend patience, mais viendra le temps du tri.
Quelle est donc cette ivraie et qui l’a semée ? C’est une herbe sans utilité, envahissante, qui peut compromettre la confection du pain, et dont le grain dégénéré pourrait même être enivrant. Y a-t-il dans le monde une catégorie de personnes qui ne seraient que blé, et une autre de gens qui ne seraient qu’ivraie ? Sans doute pas absolument. C’est pourquoi le tri n’est pas possible ici-bas. Toute personne a, espérons-le, un peu de blé au fond du cœur. Mais nous y avons tous aussi un peu d’ivraie, qui pollue le Royaume. C’est peut-être notre négligence, le néant de nos vies, la futilité. Nous lui laissons de la place, souvent trop de place, et parfois nous la semons nous-mêmes. Mais le jour viendra pour le tri dans notre cœur.

Prière universelle :

PU 16e dimanche ordinaire A

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Comment la première lecture répond-elle au scandale de la présence de personnes méchantes ?

Comprendre sa foi :

Dieu peut-il vraiment être dit tout-puissant si le mal lui résiste ? Qu’en dit la parabole ?

Vivre avec Jésus :

Quelle ivraie pousse dans le champ de mon cœur ? De quelle miséricorde ai-je besoin ?