Archives pour l'étiquette guérison

23e semaine : Pouvoir écouter Dieu et chanter sa joie



23e dimanche ordinaire B :
Marc 7, 31-37

« Il a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets. »

Jésus est à l’étranger, hors de la terre de la Promesse, en territoire païen. Pour les païens aussi il va dispenser ses bienfaits. Que nous dit donc ce miracle du sourd-muet ? Peut-être nous dit-il quelque chose sur notre paganisme, sur notre éloignement du Dieu de la Promesse, sur notre condition de pécheurs chassés de la Terre du Paradis ?
Nous avons été créés pour écouter Dieu et le louer. Mais par la désobéissance nous bouchons volontairement nos oreilles. Ces oreilles bouchées nous empêchent d’apprendre à parler la langue de Dieu, et de le louer comme nous devrions. Le péché fait de nous des sourd-muets spirituels, et Jésus est venu pour nous guérir de cette surdité et ce mutisme.
C’est dans l’intimité que se passe la guérison, loin de la foule, l’intimité de la première Création. Car il s’agit bien pour lui d’une nouvelle Création. Il s’agit de redonner vie, de refaçonner sa créature, comme au matin de la Genèse, de la re-ouvrir à la vie, à sa Vie, et à la relation avec le Père. L’intimité d’un cœur à cœur retrouvé n’est sans doute pas à divulguer, mais pourtant… qui pourrait s’empêcher de crier sa joie ?

Prière universelle :

PU 23e dimanche ordinaire B

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Quelles ressemblances entre ce texte et le récit de la Création dans la Genèse ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi faire le lien entre la mission de Jésus et la Création ?

Vivre avec Jésus :

Est-ce que je demande au Christ de guérir mes surdité afin de pouvoir l’écouter et lui obéir ?

6e dimanche : Notre guérison, un témoignage



6e dimanche ordinaire B :
Marc 1, 40-45

Cela sera pour les gens un témoignage.

Jésus semble se contredire. D’un côté il enjoint au lépreux de ne rien dire à personne de son miracle. De l’autre, il lui dit de se montrer au prêtre afin que ce soit un témoignage pour les gens. Mais alors : quel sera le témoignage ?
Au début de ce passage d’Évangile, le lépreux, impur, ne pouvait fréquenter les autres hommes. Il était exclu de la société, condamné à vivre à l’écart, dans le désert. Tout le monde le fuyait. À la fin du passage, Jésus a comme pris sa place. Il se retire dans le désert, et n’entre que secrètement dans les villes. Mais c’est parce que tout le monde va vers lui. Curieux parallèle. Curieuse inversion.
Jésus a guéri cet homme atteint de mort, et il sauve tous les hommes en prenant sur eux leur péché. Jésus a réintégré le lépreux dans la communauté des vivants, et en nous sauvant il rend de nouveau possible l’amour. Dieu a compassion de notre souffrance, et il veut nous guérir, nous sauver. Jésus est le salut de Dieu advenu pour nous.
Que la guérison de nos blessures d’amour par Jésus soit pour nos frères et sœurs un témoignage de la compassion de Dieu, un témoignage que Jésus est Dieu.

Prière universelle

PU 6e dimanche ordinaire B

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

La première lecture et l’Évangile se répondent : quels sont les liens ?

Comprendre sa foi :

Que représente la lèpre ? Que représente la guérison ?

Vivre avec Jésus :

Est-ce que je demande à Jésus de me guérir du mal ? De quelle guérison puis-je témoigner ?

5e dimanche : Jésus vient nous réchauffer



5e dimanche ordinaire :
Marc 1, 29-39

Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti.

Trois fois le verbe « sortir » dans cet évangile… Il ne fait pourtant pas bon sortir en ces temps de froid !
Mais d’où Jésus sort-il ? Cette grande question, particulièrement présentée dans l’Évangile selon St Marc, revient à se demander qui est ce Jésus qui parle avec une telle autorité. Jésus sort de la synagogue, puis il sort du village. Mais avant tout il est sorti du Père pour venir dans le monde. Et il sort du monde pour aller vers le Père.
Et pourquoi Jésus sort-il ? Il a délivré le possédé dans la synagogue, et il en sort pour guérir plus largement dans le village de la fièvre du péché. Il est sorti du Père pour le salut des hommes. Avant l’aube il se lève, il « ressuscite » dit le texte grec, pour aller prier et annoncer l’Évangile dans d’autres villages. Que sont ces autres villages, sinon ceux de partout et de toujours ? Jésus n’est apparemment sorti du monde après sa résurrection que pour mieux y retourner et venir à sa rencontre, à notre rencontre.
Sortirons-nous à sa suite pour aller rencontrer nos frères éloignés de Dieu et engourdis par le froid spirituel ?

Prière universelle :

PU 5e dimanche ordinaire A

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Marc précise les lieux, les temps, les moments : pourquoi ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi l’annonce de l’Évangile est-elle liée à des guérisons miraculeuses ? Que veut faire comprendre Jésus ?

Vivre avec Jésus :

L’Évangile est-il pour moi un médicament que je reçois régulièrement et que je désire porter à d’autres ?

4e dimanche : Entendez-vous sa voix ?



4e dimanche ordinaire B :
Marc 1, 21-28

On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité

Les foules sont frappées par l’enseignement de Jésus. Sa parole est puissante. Elle est puissante par l’enseignement qu’elle donne. Elle est puissante dans son effet quand elle chasse les démons, quand elle terrasse le mal. On s’émerveille, on en parle, on en discute avec ses voisins et ses amis. Jésus fait la une. De tout temps les hommes ont soif d’extraordinaire. Cela a un bon côté : Dieu qui se révèle, c’est effectivement extraordinaire.
Qui n’a pas rêvé d’entendre Jésus de vive voix, d’avoir expérimenté cette force de sa parole ? Qui n’a pas rêvé de l’avoir vu à l’œuvre, d’avoir pu constater ses miracles ? Il semble qu’il serait ainsi plus facile de croire. Et pourtant beaucoup de ceux qui l’ont vu et entendu n’ont pas cru… Ils sont restés à la superficie de l’extraordinaire. Ils n’ont pas laissé l’autorité de Jésus les pénétrer jusqu’au cœur, pour qu’il en soit touché et changé.
Maintenant, le Christ ressuscité ne se voit plus, mais il vit bien au milieu de nous. On n’entend plus sa voix d’homme, mais il parle encore. Il parle par ses pasteurs, par ses prophètes, il peut parler par chaque chrétien. Il s’agit pour nous, comme pour les contemporains de Jésus, d’ouvrir notre cœur pour nous laisser impressionner. Le son de la voix des témoins frappe aux oreilles, mais Dieu a le pouvoir de faire résonner sa Voix, sa Parole, dans le fond des cœurs. Et cette Parole est active, elle chasse tout mal.
À chacun d’obéir.

Prière universelle :

PU 4e dimanche ordinaire B

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Pourquoi Jésus fait-il ce miracle ? Est-ce seulement pour délivrer un seul homme ou pour nous donner un enseignement ?

Comprendre sa foi :

A quoi servent les miracles ?

Vivre avec Jésus :

Ai-je déjà été touché par une parole qui me semblait venir de Dieu ?

28e dimanche : Rendons grâce à Dieu !



28e dimanche ordinaire C :
Luc 17, 11-19

L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce.

Le Samaritain n’est pas seulement purifié, guéri dans son corps. Plus fondamentalement que la guérison physique, il se convertit, il retourne sur ses pas en rendant gloire à Dieu. Il ne pense même plus à accomplir d’abord l’acte de la religion pour faire constater sa guérison officiellement. Avant de se montrer aux prêtres pour être réintégré dans la communauté des hommes, il revient au Seigneur pour rendre grâce et retrouver ainsi la communion avec Dieu. Il est vrai que le Samaritain est moins attaché peut-être au culte, car par son origine il restera à l’écart du peuple des élus. Mais a compris la réalité profonde du culte, et ne restera pas à l’écart de son Dieu et Seigneur. A pleine voix je te louerai, dit le psaume, au milieu de l’assemblée. C’est par cette louange qu’il va se voir réintégré par Jésus dans la communauté des croyants.
Le Samaritain reconnait de fait la divinité de Jésus : dans un même mouvement il glorifie Dieu et se prosterne aux pieds de Jésus en rendant grâce. C’est encore l’attitude fondamentale de l’orant des psaumes. En réponse à la miséricorde qui lui est faite par le Seigneur, il accomplit le sacrifice que Dieu aime, celui du retour vers lui dans l’action de grâce. C’est là le culte fondamental du croyant, qui est alors un aimant Dieu. Il ne peut taire son amour pour celui en qui il a mis sa foi, car le Puissant a fait pour lui des merveilles.
Nous sommes tous des lépreux guéris. Par la foi dans le Salut apporté par le Christ, nous accueillons la guérison de la lèpre du péché. Beaucoup d’hommes n’ont peut-être guère conscience d’avoir été ainsi gratuitement lavé de leur péché par ce Dieu miséricorde qui veut que tous les hommes soient sauvés. Certains en ont conscience mais vont se contenter des actes de la religion, actes peut-être un peu formels et extérieurs qui réintègrent dans le peuple des croyants, qui font d’eux des bons chrétiens. D’autres en ont conscience mais sont dans des situations qui, extérieurement, les excluent plus ou moins d’une communion visible avec le peuple des croyants.
Jésus enseigne, pour tous, la première communion à rechercher, celle qui sauve vraiment, celle qui devrait être au cœur de nos cultes extérieurs. Rendre grâce pour sa guérison du péché est le premier devoir du chrétien, de l’homme rétabli dans sa dignité qui peut paraitre debout devant Dieu. Ce devrait être le sens de toutes nos Eucharisties, communautairement et personnellement : rendre grâce pour la foi qui nous est donnée, qui nous sauve.

Prière universelle :

PU 28e dimanche ordinaire C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Pourquoi Jésus insiste-t-il sur le fait que seul le Samaritain est revenu ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi rendre grâce à Dieu est-il si important dans la vie spirituelle ?

Vivre avec Jésus :

Et moi, est-ce que je remercie Dieu ?

30e dimanche : Désirer la Lumière



30e dimanche ordinaire B :
Marc 10, 46-52

Prenant la parole, Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle lui dit : « Rabbouni, que je retrouve la vue ! »

Il est touchant, ce pauvre Bartimée qui crie de toutes les forces de son corps malade pour attirer l’attention de Jésus. Lui l’aveugle, il désire voir celui qui est la Lumière. Lui le mendiant, condamné à rester assis au bord du chemin, il désire marcher à la suite de celui qui est le Chemin.
Aujourd’hui aussi, beaucoup de gens sont là comme assis au bord du chemin, mendiant un sens pour leur vie. Ils crient car ils désirent voir, eux aussi, et marcher en homme ou femme libre. Ils cherchent la Lumière et le Chemin, peut-être sans le savoir. Certains sont attirés par Jésus, et même peut-être par l’Église, mais on les rabroue, on les fait taire. Ou même, on les empêche d’ouvrir la bouche pour crier, on essaie de leur faire oublier leur cécité leur désir de donner sens à leur vie. On connait trop bien le poids psychologique qui pèse sur beaucoup, né d’un malaise d’une frange de notre société par rapport à l’Église et au christianisme.
Qui parmi les chrétiens s’approchera de tous ces gens en quête de la Lumière pour leur dire : « Confiance, lève-toi, il t’appelle » ? Qui ira les chercher et leur facilitera le passage vers Jésus en dépit de la foule vociférante ? Peut-être faut-il faire l’expérience d’être soi-même guéri de sa cécité spirituelle, et désirer toujours plus contempler la Lumière. Certainement il faut suivre Jésus, et être attentif à ses frères et sœurs les plus pauvres, pauvres matériellement, certes, mais bien plus pauvres spirituellement. Ainsi on peut rencontrer et savoir reconnaitre, au bord du chemin, les Bartimée de notre temps qui mendient un sens pour leur vie.

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Bartimée appelle Jésus « fils de David » : que veut-il dire ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi Jésus demande-t-il à Bartimée « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » : ne le sait-il pas ?

Vivre avec Jésus :

Dans quel personnage de ce récit est-ce que je me reconnais ?