Archives pour l'étiquette featured

27e semaine : Vivre et grandir dans la foi



27e dimanche ordinaire C :
Luc 17, 5-10

Les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! »

Cette demande des Apôtres n’est-elle pas une prière commune à tout chrétien ? Ne souffrons-nous pas souvent de notre manque de foi, et n’aimerions-nous pas que le Seigneur nous donne un petit coup de main pour l’acquérir ? Si, même toute petite, elle a tant de puissance, pourquoi le Seigneur ne l’augmente-t-il pas en nous afin qu’elle se propage ? Cela arrangerait beaucoup de nos problèmes existentiels, et faciliterait bien l’évangélisation ! Jésus, comme à son habitude semble répondre un peu à côté de la demande des disciples. Il les met devant leur et notre manque de foi, et puis apparemment c’est tout.
Dans la seconde partie de l’évangile, Jésus change de sujet et ne répond finalement pas à la demande des Apôtres. Ou bien peut-être Jésus nous présente-t-il une logique toute différente, une autre manière de voir les choses. Nous sommes des serviteurs quelconques, et à travers nous, Dieu fait son œuvre. L’appel qu’il nous adresse, la foi qu’il nous donne, sont des dons gratuits. Notre gloire n’est pas de déraciner les arbres et de les envoyer dans la mer. Elle est de servir humblement notre Seigneur.
Rester en tenue de service, accomplir ses tâches les unes après les autres, discrètement et avec persévérance, voilà la vie de foi. C’est ainsi que l’on reçoit sa nourriture au temps de Dieu. C’est ainsi que l’on voit l’œuvre de Dieu s’épanouir bien au-delà de ce que nous pouvons faire nous-mêmes. Sans doute est-ce au cœur de ce service que Dieu veut augmenter en nous la foi, par ce service, par ce devoir rempli avec amour et fidélité. Alors, au-delà du voile de cette vie, on entre par la foi dans le mystère de la vraie Vie.

Prière universelle :

PU 27e dimanche ordinaire C

Une méditation en trois questions…
… pour les grands et les petits !

Accueillir l’Évangile :

Jésus répond-il vraiment à la demande des Apôtres ?

Comprendre sa foi :

Pourquoi est-il important que notre vie de foi soit un service ?

Vivre avec Jésus :

Moi qui ai un peu de foi, suis-je serviteur de Dieu et de mes frères ?

Halte spi des mamans : ça reprend !



Reprise de la halte spi des mamans

La halte spi des mamans reprend, après quelques années tourmentées par la pandémie, suivies par l’épuisement de l’équipe d’organisation. Mais des forces vives se lèvent !

Un jeudi tous les deux mois (entre chaque vacances), de 9h à 15h30, venez souffler et vous ressourcer spirituellement à l’abbaye. Des mamans vous accueillent, en collaboration avec les frères, pour que vous puissiez profiter de quelques heures de recentrage sur votre vocation spirituelle de mère de famille.

Un « menu » équilibré

Vous trouverez le déroulement, très simple, ainsi que les dates de l’année 2022-2023 sur la page de notre site consacrée à la halte spi : ICI !
Accueil convivial, prière introductive, enseignement, temps de silence (possibilité de confession), messe, repas partagé ou en solitude, échange, prière des mères.
Un thème pour l’année : les fruits de l’Esprit. Discerner les fruits de l’Esprit dans sa vie et dans la vie de sa famille, s’en réjouir, les cultiver :

« voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. »

(St Paul aux Galates 5, 22-23)

Connaissez-vous la « prière des mères » ?

Ce mouvement pourrait compléter la halte spi des mamans, et la halte spi compléter ce que propose ce mouvement. Faites connaissance sur le site de la Prière des mères.
Deux groupes voudraient se monter : un à Mont de Marsan et un à Orthez. Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à vous faire connaître !

L’ultime témoignage de St Bernard Tolomei



Le martyr de St Bernard Tolomei

Chaque 19 août, nous fêtons l’entrée dans la gloire du ciel de notre fondateur, St Bernard Tolomei. Il est mort le 20 août 1348, durant la grande peste, ou peste noire, qui a ravagé l’Europe, en soignant ses frères du monastère de Sienne, atteints par la pandémie. Voici l’homélie donnée en 2022 à l’occasion de la solennité. Les lectures de la messe sont les suivantes : Gn 12, 1-4 ; Ph 2, 12-18 ; Jn 15, 9-17

Poursuivre la lecture

Introduction à la Règle de St Benoît en 6 leçons



Introduction à la Règle de Saint Benoît

6 leçons : est-ce beaucoup pour une introduction à la Règle de Saint Benoît ? Pas tant que cela. Laissez-vous surprendre par la richesse de ce texte relativement court. Il réserve bien des surprises, des perles parfois cachées. Et cette « petite règle pour les débutants », selon le mot de St Benoît lui-même, a dépassé depuis bien longtemps le cadre de la vie monastique. Elle inspire nombre de laïcs dans leur vie personnelle, familiale, ou professionnelle.

Ces conférences, données à l’abbaye de Maylis en juillet 2022, veulent vous offrir quelques clefs de lecture qui vous permettront d’ouvrir plus facilement les bonnes portes. Elles veulent ainsi faciliter l’accès à la source de 1500 ans de tradition spirituelle. Vous pourrez ainsi plus facilement profiter de la fécondité du terreau bénédictin. Et elles sont données de manière à être directement nourrissantes pour la vie spirituelle.

Poursuivre la lecture

Service et prière pour étudiants/jeunes pros



Service et prière à Maylis

Besoin de recul, de te mettre au vert ? Que dirais-tu de venir pour un temps de service et de prière à l’abbaye ?
Étudiants et jeunes pros, vous êtes les bienvenus en tous temps, mais particulièrement cet été !

Quand et combien de temps ?

Nous vous invitons cet été, de fin juin à début septembre : un jour, trois jours, une semaine… à chacun selon ses disponibilités. Pas d’inquiétude pour la participation aux frais d’hôtellerie : si vous pouvez laisser un petit quelque chose ce sera bienvenu, sinon vos mains y pourvoiront !

Activités variées

Les activités ne manquent pas, et il y en a pour tous les goûts ! Nous avons besoin d’aide, et nous serons heureux de travailler avec vous :

  • jardin
  • gestion de fruits et légumes
  • défrichage
  • aide dans nos plantations
  • restauration de certains lieux d’accueil
  • cirage, peinture et vernissage
  • bricolages en tous genres
  • rangements et nettoyages
  • couture ?

Et puis aussi…

Ce sera aussi : retraite, service, rencontre des moines et vie avec eux, découverte d’une abbaye, rencontre d’autres jeunes qui seraient là en même temps. De quoi bien se couper d’un « métro-boulot-dodo » sans rester à ne rien faire. Une expérience très bénédictine d’ORA ET LABORA en communauté ! Laissez-vous tenter.

C’est une bonne tentation !

Retraite Faire le Point

Du samedi 23 juillet au vendredi 29 juillet
Au cœur de l’été, un moment particulier : la Retraite Faire le Point. Se poser pour un discernement. Là, c’est du sérieux. On ajoute des enseignements qui devraient accompagner un travail intérieur et ouvrir à l’écoute du Seigneur.
Voyez le menu sur la page qui est dédiée à la retraite :

icone FlP

D’autres retraites organisées par des moines et moniales sont proposées sur ce site :

Icone du site Vie-monastique

A bientôt !

Pour envoyer une demande au frère Oliveto, responsable de l’accueil :

    Votre nom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Sujet

    Pour vérifier que vous n'êtes pas une machine
    captcha

    Que lisez-vous au dessus ?

    Votre message

    Prier en couple à l’école des moines



    Prier en couple : tout un programme… C’est même le croisement de deux programmes : prier, et vivre en couple. Mettre la prière au cœur du couple, c’est prendre soin du don reçu lors du sacrement de mariage. C’est un des moyens de rester ouvert à cette grâce que Dieu donne chaque jour, à chaque pas. Lieu de communion et d’entraide dans l’ouverture à Dieu, service du couple et de chacun de ses membres, mais aussi mission commune au cœur de l’Église et du monde : la prière englobe beaucoup de dimensions de la vie conjugale.
    Le but ici n’est pas de faire un plaidoyer pour la prière conjugale, ni même une explication de son importance. Il s’agit simplement de donner quelques points de repères pratiques pour savoir comment faire, et s’y mettre effectivement. Les couples sont invités à prendre exemple sur la prière de l’Église, qui se manifeste notamment dans la prière des moines. On y trouve bien des éléments qui peuvent être utiles à imiter en les adaptant.

    Poursuivre la lecture

    Le P. Abbé You a remis sa charge



    Chers Amis

    Nous vous informons que P. François You, Abbé de Maylis, a présenté au Père Abbé Général sa démission de la charge abbatiale, à l’occasion de la visite canonique régulière.

    Conformément aux normes canoniques et à notre corps constitutionnel, la démission a été acceptée.

    Le Père Abbé Général a nommé P. Mark-Ephrem Nolan abbé administrateur de la communauté de Maylis.
    Le P. Mark-Ephrem est Abbé de Rostrevor (Irlande du Nord) et membre du conseil du Père Abbé général.

    Nous comptons sur le soutien de votre prière en ce temps de transition et de changements.

    La Communauté

    Élu abbé en 1997, P. François a assumé la charge abbatiale durant 24 ans. Selon l’habitude dans les monastères, il va prendre un temps de recul pour se reposer et laisser la communauté vivre une période de transition. La Congrégation bénédictine olivétaine accompagne les frères dans cette transition.

    Apprendre à sanctifier le temps

    Apprendre à sanctifier le temps ?

    La première leçon est ni plus ni moins l’ouverture de la Bible, au livre de la Genèse…

    AU COMMENCEMENT, Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux. Dieu dit : « Que la lumière soit. » Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres. Dieu appela la lumière « jour », il appela les ténèbres « nuit ». Il y eut un soir, il y eut un matin : premier jour. (Gn 1, 1-5)

    Dans la Genèse, tout a commencé dans la nuit, et dans le silence. L’Esprit de Dieu planait sur les eaux informes et vides, entre ténèbres et abîme. La Parole de Dieu a résonné, et le temps fut créé. « Il y eut un soir, il y eut un matin ». Le temps est né de la voix de Dieu dans la nuit, par la création de la lumière.
    Pâques. C’était la nuit. La nuit de la mort. La nuit du tombeau. Tout était fini. L’aube n’était pas encore venue. Viendrait-elle cette aube ? Les femmes marchaient dans la nuit, vers le corps mort, enfermé. Elles se demandaient qui ouvrirait le lieu de mort, l’abîme. Mais voici que la pierre était déjà roulée. Blanc éblouissant, lever du soleil, aube inespérée. Le temps recommence, nouveau. Le Seigneur est ressuscité, et il nous attend en Galilée.
    Pour le moine aussi, tout commence dans la nuit. Tout commence dans le silence. Tout recommence par la Résurrection. St Benoît (RB 9, 1-3) invite à entonner le psaume 50 : « Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange ! » Et il ajoute le psaume 3 : « je m’éveille : le Seigneur est mon soutien. » Puis il continue par le psaume 94 qui célèbre le Créateur et la Création et pose la question : « Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ? » Parce que la nuit, c’est le temps du silence. Et le silence, c’est le lieu de l’écoute. Et l’écoute, c’est le cœur de la vocation du moine, du chrétien, de l’homme qui se tient face à Dieu.

    Poursuivre la lecture

    En chemin vers la Vie éternelle

    La Règle de Saint Benoît (RB) propose un chemin vers la Vie éternelle. Ou plutôt elle met devant le chemin étroit de l’Évangile. Ce thème biblique court le long du Prologue (Pr) de la RB, parfois en filigrane. Et l’orientation en affleure partout : le temps est orienté vers la fin du temps. C’est le chemin de la vie, le chemin du Salut, le chemin du Seigneur. On retrouve ce chemin de l’Évangile à beaucoup d’endroits dans la RB. St Benoît invite à y courir, à monter vers les sommets, à se hâter, à suivre les bonnes voies et rejeter les mauvaises, à revenir à Dieu, à y suivre le Christ, etc. Le chrétien ne marche pas sans but. Le moine cherche tellement à garder ce but devant les yeux que non seulement il marche avec persévérance, mais à la suite de St Paul, il court, pour remporter la victoire (cf Ph 3,14).
    Peut-être pourrions-nous apprendre de St Benoît, nous aussi, à fixer nos yeux vers notre fin, pour être sûrs d’atteindre le but de notre vie ? Méditons ensemble le prologue de sa Règle, ainsi qu’une partie du chapitre 4 sur les instruments des bonnes œuvres. Ainsi nous glanerons quelques conseils qui pourront nous aider à marcher plus librement et légèrement vers la vraie Vie.

    Poursuivre la lecture

    Cinq noms pour une guérison

    La présence du mal dans notre vie est un fait indubitable. Si nous ne nous en rendons pas compte, ou si nous ne voulons pas nous en rendre compte, d’autres se chargent parfois de nous le faire remarquer d’une manière ou d’une autre…
    Nous faisons mal aux autres et mal à nous-mêmes, parce que nous nous éloignons de Dieu. Ceci arrive en dépit de notre baptême, de notre engagement dans la vie humaine et chrétienne, de notre désir de faire le bien. Notre nature humaine est malade, faible, inclinée au péché. Plus on désire faire le bien, plus on voit le mal qui est en soi et qui nous sépare du bien.
    Dans la vie à la suite du Christ, la vie de baptisé(e), nous avons de la chance : le Christ a pensé à tout pour que nous puissions être délivrés du mal ! Il nous a laissé différents moyens pour nous sauver du mal, pour nous guérir, afin que nous puissions être heureux tous ensemble. Parmi ces moyens, il y a un sacrement de guérison qui porte 5 noms (CEC 1423.1424) : conversion, pénitence, confession, pardon, réconciliation. Allons à sa découverte à la suite du Catéchisme. Poursuivre la lecture